LES AUTORITÉS IRANIENNES ONT PROCÉDÉ À UNE PEINE MORT CONTRE DES ACTIVISTES L'AHWAZIS

كتبه  الخميس, 30 كانون2/يناير 2014 23:43

LES AUTORITÉS IRANIENNES ONT PROCÉDÉ À UNE PEINE MORT CONTRE DES ACTIVISTEs L'AHWAZIS

Les autorités iraniennes ont procédé à la peine de mort contre les activistes Ahwazies Hashem Shaabani et Hadi Rashidi ce sont des fils de la ville d'Ahwaz, c’est juste après un coup de téléphone du ministère du service de renseignement iranienne dans leurs familles le mercredi 28/01/2014.

Les autorités iraniennes n’ont pas données aucuns détails sur la méthode d'exécution et son temps et lieu, mais le service de renseignement dans un contact avec des personnes ayant une relation avec les exécutés déclaré lundi ont dit que la peine de mort a été réalisée trois jours avant.

Des rapports Ahwazies ont indiqué que les autorités iraniennes ont également évacué les citoyens Ahwazies le 12/07/2013 de la prison à un service de renseignement secret de prison Karoun dans la ville iranienne d'Ahwaz la capitale, et depuis ce temps, et en dépit de nombreuses tentatives pour un certain temps avec les deux prisonniers exécutés sont échouent toutes ces tentatives .

L’autorité iranienne a arrêté des membres de dialogue sur le contexte culturel de leur travail dans la ville d’ALKHAFIAH et ils sont:

1 - Hashem Shabani, 31 ans, travaillait comme enseignant dans la ville de ALKHAFIAH (90 km au sud Est de la capitale Ahwazie) il était actif dans le domaine culturel dans cette ville à travers ses activités, lui et ses amis de l'institution «dialogue» et il a été arrêté sur des accusations de menacer la sécurité de l'Iran le 2/10/2011 a été délivré une sentence de mort contre lui à la suite des accusations fabriquées., il a été exécuté dans les mains des autorités iraniennes.

2 - Hadi Rashidi bin Mir Hamza, 39 ans, seul, professeur de chimie à la ville de Khourmuss (Maachor) et LAKHALIFIAH, il a un diplôme de maitrise en chimie, il a été arrêté à la fin du mois de Février le 28-2011 qui était également exécuté aux mains des autorités iraniennes...

3 - Jaber Albushoka frère du Mokhtar 28 ans, marié et père d'un enfant, ils ont arrêtés le 13 Mars 2011 à leur domicile dans la ville d’ALKHALFIAH.

4 - Mukhtar Albushoka 26 ans, célibataire. Soumis à la torture physique et psychologique, qui a perdu la mémoire à la suite de la torture brutale au cours de son séjour pour une période de 4 mois dans des cellules d'isolement.

5 - Muhammad Ali Amuri Ben Abdalzahra, 34 ans, n'est pas marié. Mohammad Ali a fui en 2007 décembre du l’injustice et persécution du système persan, en Irak, mais a été arrêté en Irak par des milices affiliées à l'Iran. Il été martyr Faris Silawi, qui était accompagné par Mohammed Ali Amory par la gravité de la torture en Irak, mais ils ont été remis Mohammad Ali à l'Iran après avoir été torturé aux mains des milices irakiennes en prison de Basra.

La deuxième section II de la Cour de la révolution iranienne à Ahwaz, présidée par le juge Mohammed Baqir al-Moussawi Le 09.07.2012a gouverné sur les cinq prisonniers à mort sur ​​des accusations de combats en Dieu et endommager le plancher et complot en vue de la sécurité nationale, l'Iran (Perse) et dans un procès secret et l'intérieur des prisons non publiques Confidentialité du ministère des renseignements iraniens et sans permettre pour les cinq prisonniers de se défendre ou de désigner un avocat pour les défendre.

Ils ont arraché du cinq prisonniers des aveux sous la torture brutale physique et psychologique entre eux et qui a été nié toutes ces aveux dans une lettre confidentielle a été divulgué à l'intérieur de la prison Karon confirme plus tard, les cinq prisonniers comme des aveux fabriqués faux sur sa fondation et elle est venue sous la torture brutale qui les pratiquer Intelligence Service iranien dans des prisons secrètes, et cela bien sûr contredire Les lois internationales et l'accord humanitaire et les programmes qui empêchent la torture pour extorquer des aveux état ​​sous la torture physique et psychologique.

Ce jugement de la peine de mort a été soutenu le 9 Janvier 2013, à la division (32) trente-deuxième session de la Cour suprême Iranienne et que Téhéran prendre leur siège et sous la supervision du juge Faraj Alahi et Kaem Makami et Lotfi.

Ce procès et considéré par les organisations humanitaires Ahwazies international comme un procès injuste et non-transparent, et que les dispositions de ces condamnations à mort de cinq militants que des dispositions injustes et que les aveux ont été extraits des aveux de cinq prisonniers est inacceptable et illogique du tout.

Malgré les revendications du droit international humanitaire et à la tête du Conseil des droits de l'homme de l'ONU et Amnesty International et Human Rights Watch et du Comité des droits du Parlement européen et réclamer aussi le ministère des Affaires étrangères allemand et les États-Unis et e la grande Brittan... C'est en plus des dizaines de revendications d'autres organisations humanitaires, les autorités iraniennes à annuler la peine de mort et le tiers T-considérée juste et l'annulation des procès secrets et a exhorté les autorités iraniennes à tenir un procès public et prisonniers transparentes cinq et de leur permettre de désigner un avocat pour se défendre et que, en conformité avec les lois du droit international humanitaire, mais Les autorités iraniennes et la nature intacte n'a pas mis en œuvre une action de l'international juridique et humanitaire de poursuivre cinq prisonniers jusqu'à ce que vous la mise en œuvre de la peine de mort contre Atinin de l'accusé et deux: Hashem Shabani et Hadi Rashidi) après une année de soutien à l'Etat exécuté à la section II et le trentième de la Cour suprême de l'Iran.

L’organisation Ahwzie des droits de l’homme impliquant la mise en œuvre de la peine de mort contre les Activistes ahwazies par les hommes du ministère du service de renseignement iranien, qu'elle considère comme une violation flagrante des lois internationales et des revendications humanitaire institutions internationales des organisations gouvernementales et non gouvernementales humanitaires à prendre des décisions stricte et ferme sur ce qui se passe aux peuple arabe d’Ahwaz par les autorités iranien.

Imposer des sanctions à l'institution du gouvernement iranien et neuf responsables, y compris deux juges de la cour de la révolution iranienne d'Ahwaz

Les ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l'UE, dirigée par le ministre irlandais des Affaires étrangères M. Eamon Gilmore ont tenu une réunion le lundi 03/11/2013 à propos de la situation des droits de l'homme en Iran sur la base du rapport présenté par le dossier officiel spécial des Nations Unies des droits de l'homme en Iran, M. Ahmed Shahid à la Journée des droits de l'homme le vendredi 03.01.2013.

Shahid Ahmed a confirmé dans son rapport, préparé dans les 77 pages des statistiques d’exécutions en Iran en 2012, qui comprenait 487 détenus, en particulier les arrestations arbitraires et la persécution des peuples non perses et des libertés religieuses.

Dans ce rapport il y a aussi les violations commises contre les prisonniers ahwazies arabes et des prisonniers des deux peuples Kourdi et Azri et certains des militants du nationalisme persan ainsi que la suppression de la liberté religieus.

La décision des ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne a inclus, les neuf (9) des responsables iraniens, en plus de la radiation de la Fondation supervise le World Wide Web, par la violation les droits de l'Homme en Iran jusqu'à atteindre le nombre de fonctionnaires iraniens qui les appliquent des sanctions de l'UE empêchent Voyage aux pays de l'UE et le blocage de leurs avoirs et à 87 comptes bancaires tenus pour responsables.

La liste des neuf fonctionnaires et l'institution du gouvernement iranien que les répondants de ces nouvelles sanctions sont les suivants:

1. Ashraf Ali Rashidi Akdam, le superviseur de la prison d'Evin, qui est rapporté à la mauvaise situation dans la prison d'Evin depuis assumer cette responsabilité et recherches des femmes détenues physiquement par les modérateurs dans cette prison.

2. Murtada Kiasti Juge de la quatrième Division du tribunal de la révolution iranienne à Ahwaz et qui a jugé à mort à quatre citoyens arabes en 2012.

3. Mohammed Baqere Moussawi, un juge de la Cour de la deuxième division de la révolution iranienne à Ahwaz qui a jugé cinq citoyens arabes à la mort.

4. Mohammed Srafrez, directeur du département international de la Radio et de la Télévision et président de la chaîne iranienne PressTV à la section anglaise, qui a diffusé la reconnaissance fabriqué à partir de couloir de la mort et quatre d'entre eux ahwazie qui ont été exécutés en Juin 2012 et également les cinq prisonniers Ahwazies condamnés à mort .

5. Hamid Reza Emadi, président de la Chambre des infos dans le canal PressTV en Iran et qui ont contribué à les aveux de diffusion fabriqués prisonniers Ahwazis et d'autres prisonniers et parmi eux des journalistes et des hommes politiques et des militants de peuples non perses.

6. Asad Allah Jaafari. Procureur général de la province de Mazandran, qui n'est pas justifiée par l'arrestation d'un certain nombre de la communauté mandéenne et torturé dans les prisons d'une manière contraire au droit humanitaire.

7. Reza Moussaoui Tabar, directeur général de la Cour révolutionnaire de la ville de Shiraz, capitale de la province de Fars, qui a arrêté des journalistes et des reporters et militants dans le domaine des droits de l'homme des mandéens et torturé d'une façon brutale.

8. Rahim Hamblere, le juge de première division du tribunal révolutionnaire de la ville de Tabriz, qui contient des dispositions pour délivrer un injuste et contraire à des journalistes et des militants du peuple d’Azri.

9. Abd Essamad Khorram Abadi, directeur et superviseur sur Internet en Iran

Fondation Al Fetta ou de la police de l'Internet, qui a suivi le développement de l'Internet et les positions des caméras cachés dans les magasins en ligne.

L'organisation d’Ahwaz des droits de l'homme a salué la décision des ministres de l'UE afin de parvenir à la liberté de la propriété intellectuelle et idéologique et politique de tous les fils du peuple en Iran.

Déclaration du ministère des Affaires étrangères Allemande le 24 Janvier 2013: Cliquez ici

Condamnation du ministère des Affaires étrangères allemande, en anglais: Cliquez ici

Condamnation d'Amnesty International: Cliquez ici

L’Organisation Ahwazie des droits de l'homme 




قييم هذا الموضوع
(0 أصوات)